Inscription en 4ème, c’est maintenant !

Accueil > Infos > Coopération Internationale

Coopération Internationale

lundi 25 avril 2016, par Guillaume.

La « coop inter », pour quoi faire ?

  • Cela permet à l’établissement de s’ouvrir à l’Europe et à l’international.
  • C’est la découverte d’autres cultures, d’autres pédagogies, d’autres savoirs.
  • C’est aussi la possibilité de faire des voyages d’études à l’étranger (Ecosse et Allemagne actuellement) avec des établissements partenaires. A travers ces échanges, c’est recevoir les élèves et étudiants étrangers, leurs enseignants et partager notre culture avec eux.
  • C’est la possibilité pour les apprenants, enseignants et formateurs de faire des stages à l’étranger pour se perfectionner et acquérir de nouvelles compétences.
  • La « coop inter », c’est tout simplement éveiller notre curiosité, comprendre l’autre et développer notre tolérance. Avec un atout considérable professionnellement, par le renforcement de compétences et l’acquisition de nouvelles, tout cela en développant la maîtrise d’une autre langue : nous devenons plus attractifs sur le marché de l’emploi.

Alors, si on allait voir ailleurs ?

Référents coopération internationale au lycée La Faye

Ce sont les personnes ressources qui vous accompagnent dans la recherche de partenaires et dans les démarches administratives et pédagogiques.
M. BREYSSE – vincent.breysse@educagri.fr
Mme POUIL – delphine.pouil@educagri.fr

Comment valoriser mes stages à l’étranger ? (mobilité entrante et sortante)

La reconnaissance des résultats dans le cadre d’une mobilité sortante à des fins de stage répond à 2 cas :

  • Une évaluation formative (interne à l’établissement) dans le cadre d’une valorisation d’expérience.
  • Si le stage compte pour l’obtention du diplôme : dans le cadre du BTS, une évaluation certificative (liée au diplôme) durant une épreuve finale au coefficient 5, après autorisation du président-adjoint de jury (PAJ). Le PAJ, désigné par l’autorité académique, assure le contrôle et la validité des épreuves. La note de service DGER/SDPFE/2014-546 oblige l’établissement d’envoi à solliciter l’accord préalable du PAJ lorsque le stage à l’étranger sert de support à une épreuve terminale, afin de s’assurer que l’étudiant ne sera pas pénalisé dans sa réussite à l’examen. Une évaluation formative sera également réalisée.

Procédure (évaluation formative) mise en place :

  • Avant le stage : élaboration précise des objectifs et des compétences à acquérir afin de faciliter la reconnaissance. Une négociation et une contractualisation (annexe pédagogique à la convention de stage) sera réalisée avec la structure d’accueil.
  • Après le stage : présentation par l’étudiant ou l’apprenant d’un retour d’expérience aux enseignants (enseignants de technique et d’économie) et aux autres étudiants.

Dates : mois de septembre de la 2 ème année en cas de départ entre la 1 ère et 2 ème année ; mois de mars de la 2 ème année en cas de départ en janvier-février de la 2 ème année.
Le supplément au diplôme sera délivré. L’Europass mobilité permettra également de reconnaître les compétences acquises durant cette période grâce à l’envoi de ce document au partenaire d’accueil (accompagné d’un document explicatif) qui le rempliera et que notre établissement signera et remettra au bénéficiaire.
Pour les mobilités entrantes, dans le cadre des modalités du programme Erasmus + et de l’application des conventions signées avec l’établissement d’envoi, l’étudiant suivra les cours et sera évalué. Ces résultats détermineront alors l’attribution des crédits ECTS.

Europass mobilité, supplément au diplôme, Késako ?

L’Europass mobilité : C’est un document nominatif et personnalisé qui décrit de manière détaillée et concrète la période d’étude, de stage ou de formation effectuée en Europe en termes de compétences acquises. Il s’adresse aux lycéens, apprentis, collégiens, étudiants, demandeurs d’emploi ou salariés. (http://www.agence-erasmus.fr/docs/2241_des-outils-europeens.pdf)

Le supplément au diplôme : Le supplément au diplôme est un document nominatif joint à un diplôme d’études supérieures qui décrit la spécificité de la formation ainsi que les compétences et les connaissances acquises. Il permet de mieux faire comprendre le contenu et la valeur des diplômes auprès d’autres établissements supérieurs et d’employeurs en Europe et contribue à une meilleure lisibilité des diplômes. Il est délivré exclusivement par les établissements d’enseignement supérieur. (http://www.agence-erasmus.fr/docs/2241_des-outils-europeens.pdf)

Je suis étudiant étranger : quels cours sont proposés ? (mobilité entrante)

Le lycée propose en formation supérieure le BTSA (Brevet de technicien supérieur agricole, Bac +2) GDEA (Génie des équipements agricoles). Assez généraliste dans le domaine de l’agroéquipement (machinisme, équipements d’élevage), ce diplôme permet d’exercer les métiers suivants dans différentes structures :

Tableau des métiers du BTSA GDEA
Types de structures Types d’emploi
Chef d’atelier Responsable produit Technico-commercial Technicien supérieur bureau d’études Responsable de chantier Conseiller Installateur Inspecteur technique Démonstrateur
Exploitation agricole X
CUMA X X X
ETARF X X
Chambre d’agriculture X
Collectivité territoriale X
Concessionnaire agent X X X X
Constructeur et importateur X X X X X

La formation est composée comme suit :

  • 1/3 d’enseignement général : français, mathématiques, informatique, économie, EPS, documentation, éducation socio-culturelle, anglais
  • 2/3 d’enseignement professionnel : agroéquipement (dessin technique, construction, diagnostique et maintenance, réglage de machines, nouvelles technologies), physique appliquée, économie d’entreprise, gestion commerciale, agronomie, zootechnie, anglais technique
  • 16 semaines de stage

Documents téléchargeables :

PDF - 286.3 ko
Présentation synthétique
PDF - 37.4 ko
Training description
PDF - 325.8 ko
Référentiel BTSA GDEA

Comment valider mes études à l’étranger ? (mobilité entrante et sortante)

Pour les études supérieures, notre ministère de tutelle conduit actuellement une expérimentation pour conduire à une généralisation du BTS dans le système LMD. Ainsi, l’attribution de crédit ECTS n’est pour le moment pas possible pour nos étudiants. Par contre, cela reste possible pour les étudiants entrants. En effet, en vertu du décret n°2007-946 le BTS équivaut à un crédit de 120 ECTS. Ainsi les étudiants, dans le cadre d’une mobilité entrante, sous réserve d’être reçu à l’examen, ont de fait 120 ECTS pour leurs deux années d’étude.

Et si je ne parle pas la langue du pays ?

La politique linguistique de l’établissement vise à assurer à nos élèves et étudiants un niveau linguistique suffisant dans les pays anglophones (niveau B2 du CECRL) ou ayant une population éduquée à la langue anglaise. Pour l’apprentissage de l’espagnol et de l’allemand, il est possible de mobiliser des ressources en interne pour assurer une initiation à la langue, par l’intermédiaire des enseignantes de langues vivantes et de personnels natifs du pays.
Pour les pays parlant l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le néerlandais ou l’italien, un soutien linguistique en ligne sera fait automatiquement via la plateforme OLS (http://erasmusplusols.eu/fr/). Les étudiants feront un test préalable au départ. En cas de lacunes constatées, un soutien est apporté par les enseignants de langue, notamment dans la recherche de ressources pédagogiques. Les étudiants auront à suivre des cours sur la plateforme OLS avant et/ou pendant leur mobilité. Enfin un test de langue sera effectué à leur retour. D’autres ressources d’e-learning serontutilisées en fonction du pays participants d’accueil. Un niveau B1 du CECRL sera au minimum demandé pour les pays non anglophones, avec un objectif d’obtenir le niveau B2 au retour de la mobilité.

En dehors des langues citées ci-dessus, une initiation de base sera faite pendant 10 à 15h par un interlocuteur natif. Les frais de l’intervention seront pris en charge sur la ligne de frais liés à l’organisation de la mobilité.

Un travail est également fait avec le pays participant d’accueil pour assurer un soutien linguistique à l’étudiant pendant sa mobilité.

Les niveaux de langues - Le CECRL : cadre européen commun de référence pour les langues
C’est une base commune de référence pour l’enseignement des langues en Europe et permet
d’attester d’un niveau, reconnu par tous.

Source : Conseil de l’Europe, unité des politiques linguistiques, Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer http://www.coe.int/T/DG4/Linguistic/Source/Framework_FR.pdf

Pour les mobilités entrantes, l’établissement sera attentif au fait que le candidat ait les capacités linguistiques pour assurer son intégration. Un niveau minimal équivalent au niveau B1 CECRL en français et en anglais sera demandé.
Un soutien sera apporté par le biais d’un tutorat entre pairs, par le suivi de cours de français langue étrangère (FLE) via la plateforme OLS (http://erasmusplusols.eu/fr/) ou par le suivi de cours à l’université de Limoges, par des ressources internes à l’établissement (CDI/CDR) ou des associations locales comme Famille Rurale.

Site réalisé avec SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0